Renaut : quel avenir après le Coronavirus ?

Renaut : quel avenir après le Coronavirus ?

Fin décembre 2019, les médias occidentaux ont commencé à faire écho à une épidémie suspecte déclenchée dans la ville chinoise de Wuham. Plusieurs centaines de personnes auraient souffert d’une pneumonie sévère causée par un coronavirus inconnu .

L’

OMS a déclaré le 11 mars que le coronavirus était en train de devenir une pandémie . En Espagne, après un premier moment où il semblait que la maladie était contrôlée, le nombre d’infections a augmenté de façon exponentielle, avec une incidence particulière à Madrid, Álava et La Rioja.

Ces régions ayant des niveaux de « confinement renforcé » ont déjà pris des mesures exceptionnelles telles que la suspension des activités éducatives ou le télétravail .

Face à cette situation, de nombreuses entreprises se demandent comment elles devraient procéder pour prévenir la maladie et ce que la législation actuelle en dit .

Table des matières

  • 1 Coronavirus, quel est le cadre juridique pour les entreprises ?
    • 1.1 Recommandations du ministère du Travail
  • 2 Quel type de congé est concerné et comment doit-on le gérer ?
  • 3 Le télétravail comme prévention contre le coronavirus
  • 4 Mesures préventives dans les entreprises sans possibilité de télétravail
    • 4.1 Premiers recours
    • 4.2 Annulation de voyages d’affaires et de voyages de travail
    • 4.3 Congédiements et réductionsrnada
  • 5 Exemples de plans d’urgence dans les entreprises contre le coronavirus
    • 5.1 BBVA
    • 5.2 Orange
    • 5.3 Renault
    • 5.4 MediaMarkt
    • 5.5 Bizneo HR
  • 6 Autres doutes fréquents sur la pandémie
    • 6.1 Questions sur quarantaine et isolement

Coronavirus, quel est le cadre juridique pour les entreprises ?

La

COVID-19 , plus connue sous le nom générique coronavirus, est un agent hautement infectieux pour lequel il n’existe actuellement aucun vaccin ou traitement spécifique. C’est pourquoi le Ministère du travail et de l’économie sociale a recommandé que les entreprises prennent particulièrement soin deou dans la prévention de la maladie dans les milieux de travail .

Mais que faire si la contagion d’un travailleur est enregistrée ? Quelles sont les responsabilités légales de l’entreprise ? Et le travailleur ?

Conformément à l’article 21 de la loi 31/1995, du 8 novembre, relative à la prévention des risques professionnels (LPRL), il incombe à l’entreprise de notifier au personnel l’existence d’un risque sanitaire qui va au-delà de son activité .

Dans ce cas, les employés sont supposés être conscients de l’existence du coronavirus, mais l’entreprise peut aider à les rassurer en fournissant régulièrement des informations sur l’évolution de l’épidémie, les lignes directrices fournies par les autorités compétentes ou les plans spécifiques adoptés par l’entreprise.

RMentions élogieuses du ministère du Travail

Comme l’a souligné le Ministère du travail, les entreprises sont tenues d’ arrêter le travail dans leurs installations physiques s’il y a un risque élevé de contagion parmi leurs travailleurs .

Un tel risque est réputé exister lorsqu’un membre du personnel a contracté la maladie ou lorsque l’administration publique compétente relève le niveau d’alerte sanitaire. Les travailleurs peuvent également demander la suspension du travail s’ils présentent un « risque immédiat » pour leur santé.

Cependant, dans une note d’information, le ministère du Travail a également souligné que « la simple hypothèse ou l’alarme sociale générée [à l’occasion du coronavirus] ne suffit pas à comprendre laexigences de la norme » .

Ainsi, toute décision relative à la cessation de l’activité de l’entreprise doit être justifiée par les signalements permanents émis par le ministère de la Santé ou tout autre organisme compétent.

Le

logiciel de gestion documentaire (DMS) favorise la création d’un espace de communication ouvert aux employés et aux chefs d’équipe dans lequel toutes les informations pertinentes sur l’épidémie seront déposées .

L’ entreprise assume ainsi sa responsabilité légale d’informer les employés et dispose d’une orientation à jour sur la façon de procéder, ce qui contribue à réduire l’incertitude et à améliorer l’environnement de travail.

Título de la imagen

Quel genre de congé de travail est-il et comment devrait-il être ?vous interroger ?

Dans le cas où un employé subirait une contagion ou serait contraint de passer une phase de quarantaine (généralement pour une période de 15 jours), l’entreprise sera tenue de traiter cette absence comme un congé d’invalidité temporaire pour cause de maladie professionnelle .

C’ est l’indication faite par le ministère de la Santé dans le décret-loi du 10 mars, modifiant le critère précédent qui permettait de parler d’une décharge en raison de « contingences communes ».

La

conséquence la plus évidente de ce changement est que les employés qui reçoivent un congé pour coronavirus recevront une subvention équivalant à 75 % de la base réglementaire, l’Administration assumant le déboursement de lapremier jour. Les entreprises peuvent également bénéficier d’un moratoire sur le versement des cotisations sociales aux salariés en congé avec coronavirus. Ils auront un an à compter de la date de la comptabilité d’exercice pour rattraper leur retard.

Sans aucun doute, les premières mesures prises à cet égard apporteront une aide financière aux entreprises concernées , même si elles seront obligées de surveiller de manière beaucoup plus complète les congés et les absences des salariés .

Une solution de rechange pour les services des ressources humaines consiste à faire un suivi auprès d’un gestionnaire de vacances qui facilitera ces efforts et aidera à réorganiser les équipes de travail qui sont encore en place pour causer des blessures.ou une perturbation éventuelle de l’entreprise .

Elle est également particulièrement utile pour déterminer si, compte tenu des caractéristiques des emplois qui ont été négligés, il convient d’embaucher des remplaçants.

Título de la imagen

Télétravail comme prévention du coronavirus

Si, comme mentionné ci-dessus, les entreprises sont obligées de prendre des mesures préventives pour prévenir ou freiner la propagation du coronavirus, le télétravail peut être l’une des initiatives les plus utiles. D’une part, le risque de contagion est considérablement réduit si les employés restent chez eux .

D’ autre part, les entreprises évitent de suspendre complètement leur activité , qui pourrait avoir un impact économique considérable.

Il convient de noter que le télétravail est une mesure de flexibilité du temps très appréciée par les employés espagnols, comme le montre l’étude Randstad pour l’exercice 2018 et qui a assuré que 70% des travailleurs aimeraient compléter la totalité ou une partie de votre journée de travail à domicile .

De plus, cette possibilité a déjà été testée par certaines entreprises, comme nous le verrons plus loin. Avant la publication de l’alerte actuelle, près de 30% des entreprises espagnoles envisageaient de mettre en œuvre le télétravail (données INE).

Pour s’assurer que l’introduction forcée du télétravail n’entraîne pas une diminution significative de la productivité du travail, les entreprises ont la possibilité derong> garder le contrôle des heures travaillées hors du bureau avec des programmes de contrôle du temps ou de signalisation numérique.

Título de la imagen

Les flux de demandes de tâches et autres formalités peuvent être approuvés rapidement, ce qui permet une surveillance quasi en temps réel du télétravail par les chefs d’équipe. Dans le même temps, l’entreprise peut obtenir des rapports de violation des horaires avec validité juridique pour prendre les décisions appropriées.

Mesures préventives dans les entreprises sans possibilité de télétravail

Malheureusement, toutes les entreprises n’ont pas la possibilité de développer une partie de leur activité par le télétravail. C’est le cas, par exemple, de la plupart des emplois dans les industries ou dans le secteur des transports en plein essor. Quand il n’y a aucune possibilité d’unpour effectuer des tâches en dehors des locaux de l’entreprise, l’entreprise doit prendre des précautions extrêmes.

Dans un

premier temps, il est possible — et parfaitement légal — que les entreprises obligent leurs employés à subir un examen médical (du moins dans les zones à risque élevé).

Premiers spectacles

Si l’entreprise constate un risque sérieux de contagion mais n’est pas encore à un stade qui l’oblige à suspendre son activité, elle peut prendre des mesures de précaution telles que l’installation de gels de désinfection des mains à différents points de l’installation ou la réinstallation des employés. aacute ; s exposés pour appartenir à des un groupe de risque (pathologies antérieures, plus de 60 ans…).

Annulation de vvoyages d’affaires et voyages de travail

À moins qu’une quarantaine spécifique n’ait été déclarée dans la zone où se trouvent les locaux de l’entreprise, ses travailleurs peuvent continuer à voyager, tant sur le plan national qu’international, dans le cadre de leur travail.

Toutefois, les vols à destination de certaines des zones les plus touchées ont été suspendus et le Ministère de la santé décourage tout mouvement qui n’est pas strictement nécessaire . L’une des mesures préventives fondamentales consiste à annuler les voyages d’affaires.

Les licenciements et les réductions du temps de travail

C’ est l’un des aspects les plus sensibles lorsqu’il n’y a pas de contagion ou de quarantaine au sein de l’entreprise — auquel cas nous avons déjà vu que les travailleurs concernés seront en congé de la sécurité sociale et non de l’entreprise.

 ;

Est-il légal de réduire le modèle de coronavirus ? Certaines entreprises envisagent d’adopter un ERTE (Temporary Employment Regulation File) pour suspendre les contrats des travailleurs pour une période limitée. Conformément aux dispositions du statut des travailleurs, une urgence sanitaire telle que la situation actuelle justifierait l’approbation d’un ERTE .

Le Secrétaire d’État à l’emploi étudie la possibilité que les prestations de chômage versées aux salariés touchés par l’ERTE en raison du coronavirus ne soient pas comptabilisées aux fins de la future demande de chômage . Il s’agit, pour l’instant, d’une proposition qui ne sera adoptée qu’en cas de détérioration substantielle de la situation.

Une mesure quelque peu petiteplus restrictive que la précédente est la réduction du temps de travail. Dans ce cas, l’entreprise peut raccourcir les heures de travail de ses employés afin qu’ils passent moins de temps exposés à des facteurs de risque potentiels.

Exemples de plans d’urgence Coronavirus dans les entreprises

Certaines entreprises ont avancé un éventuel resserrement de l’alerte sanitaire du coronavirus en Espagne et ont déjà adopté des plans d’urgence pour atténuer les effets de cette épidémie sur ses résultats opérationnels et contribuer à freiner sa propagation.

BBVA

La deuxième banque espagnole de gestion d’actifs a été l’une des premières à prendre des mesures de choc en raison de la crise du coronavirus. Étant donné qu’il s’agit d’une entité dotée d’une forte présence internationale, il est interdit à la main-d’œuvre de déménager depuis longtemps.de pays et de régions comme la Chine, le Japon, l’Iran, la Corée du Sud et Singapour.

Dans le cas de l’Italie, il est interdit pour l’instant de se rendre dans les zones de quarantaine (principalement dans le nord). De plus, les employés ont également été invités à éviter l’avion.

Orange

La société française de télécommunications a également rejoint les annulations de voyages d’affaires, ainsi que toute participation à des congrès, foires ou forums internationaux, où qu’ils se déroulent.

Dans le cas des travailleurs qui sont restés dans l’une des zones touchées avant l’approbation de ces restrictions, ils doivent subir une période de quarantaine conformément aux critères des autorités sanitaires . Il a également été offert leles employés de télétravail qui souhaitent se soumettre volontairement à la quarantaine.

Renault

Renault dispose de l’un des plus grands plans d’urgence du secteur automobile. Un protocole d’action a été adopté qui, bien que non encore public, établit de nombreuses restrictions à l’accès aux installations, ainsi qu’une longue série de précautions que tous les employés doivent observer . Bien sûr, tout mouvement vers les zones à risque est interdit.

MediaMarkt

MediaMarkt a mis l’accent sur l’adoption de mesures d’hygiène de base. Le lavage fréquent des mains avec du savon et de l’eau a été appliqué dans vos locaux pendant des semaines. Un protocole a également été activé qui contientest de reproduire toute communication pertinente de l’OMS ou du Ministère de la santé afin qu’elle soit immédiatement connue du personnel.

Biznéo HR

Du 10 au 12 mars, les employés de Bizneo RH commenceront à effectuer une partie de leurs activités quotidiennes en utilisant la formule de télétravail .

Pour s’assurer que ce changement n’affecte pas la performance au travail, la transition aura lieu progressivement, avec différentes vagues d’employés alternant leurs responsabilités dans les bureaux de Biznéo avec le travail à domicile.

Autres doutes fréquents sur la pandémie

Les

données donnent à penser que, bien que le nombre d’infections demeure relativement faible par rapport à d’autres maladies infectieuses, le COVID-19 est loin d’avoir touché le toit. Par conséquent, il est utile de connaître les réponses aux doutes fréquents  :

Le travailleur doit-il signaler ses mouvements à l’entreprise ?

Oui, surtout lorsque vous déménagez dans une zone présentant un risque potentiel de contagion, qui aurait pu être explicitement interdite par l’entreprise.

Peut-on créer un registre des employés infectés ?

A priori, l’entreprise ne peut établir une « liste noire » des travailleurs qui ont souffert de la maladie ou qui ont été mis en quarantaine parce qu’il serait entendu que le principe de non-discrimination dans l’emploi est violé .

Vous ne pouvez pas non plus rendre publiques les listes à ce sujet, selon laprévue par le règlement général sur la protection des données. Évidemment, l’entreprise peut suivre l’évolution du nombre de cas à des fins de planification de l’emploi.

L’ entreprise peut-elle demander un rapport médical au travailleur ?

Il existe des décisions interdisant l’obligation des travailleurs de fournir aux entreprises un rapport sur leurs antécédents médicaux, à moins qu’il n’y ait des circonstances exceptionnelles.

Il n’est donc pas clair que les entreprises établies dans des régions où l’alerte sanitaire est élevée peuvent exiger de leurs employés qu’ils mettent à jour leurs rapports de santé.

Pour l’instant, le protocole d’action de base indique que les entreprises peuvent « recommander » à leurs travailleurs d’aller chez le médecin.

L’ entreprise est-elle obligée de maintenir des niveaux d’emploi avant la crise du coronavirus ?

Non , comme indiqué dans la section ERTE, les entreprises pourraient procéder à des licenciements pour cause de catastrophe ou de force majeure . Le caractère approprié de ces actions est déterminé par le niveau de risque au moment de leur adoption.

Quarantaine et isolement Doutes

L’ entreprise peut-elle forcer un travailleur à déménager dans une zone à risque ?

Non, la législation espagnole approuve le refus des travailleurs d’exercer tout ou partie de leur activité dans des environnements potentiellement dangereux. En outre,

L’ entreprise peut-elle isoler un travailleur ?

Oui , tant qu’il existe des circonstances qui prouvent que leur présence dans les locaux de l’entreprise peut poser un risque sérieux pour d’autres employés . Il faut se rappeler que beaucoup infectés par COVID-19 sont asymptomatiques jusqu’à des stades très avancés de la maladie.

L’ acceptation du télétravail est-elle obligatoire ?

Conformément à l’article 41 du Statut des travailleurs, un employé qui n’a pas reçu de diagnostic de maladie peut refuser de remplacer son activité habituelle dans les locaux dela société pour le télétravail .

Pour aller plus loin : jvoiture.fr