Pourquoi devenir interprète ?

Pourquoi devenir interprète ?

En raison de la mondialisation et de la croissance exponentielle du commerce international, nous sommes aujourd’hui plus connectés que jamais. Toutefois, ce phénomène d’intensification du partage de l’information est entravé par des barrières linguistiques et culturelles. Dans un tel contexte, les traducteurs agissent comme de véritables vecteurs de communication entre les différentes cultures.

Note de Pierre : cet article est proposé par Lola Thans de l’agence de traduction Cultures Connection. Beaucoup d’entre vous me posent des questions sur la profession de traducteur, que je n’ai jamais pratiquée de manière vraiment professionnelle. C’est donc avec plaisir que je propose ce poste qui devrait répondre à toutes vos questions.

Traduction en bref

La traduction consiste à transposer le contenu écrit d’une langue à l’autre. Cet exercice exige des connaissances diversifiées qui sont acquises grâce à une formation solide et de nombreuses années de expérience. Le travail de traducteur n’est donc pas improvisé. Bien que le bilinguisme soit un atout majeur, voire une compétence indispensable, il ne suffit pas de se considérer comme un professionnel du secteur.

Langues de travail

Dans la plupart des cas, le traducteur travaille vers sa langue maternelle. Aucune langue n’est compétente à la perfection que sa langue maternelle. En traduction, il suffit de comprendre la langue source d’un texte, alors que vous devez pouvoir jongler avec tous les aspects esthétiques, syntaxiques et grammaticaux de la langue cible . C’est pourquoi seuls les traducteurs qui ont passé de nombreuses années à l’étranger offrent un service de traduction « retour » (de la langue A, notre langue maternelle, à la langue B, celle acquise plus tard). En ce qui concerne les combinaisons linguistiques, il va sans dire que certaines d’entre elles sont plus populaires que d’autres. De plus, les combinaisons les plus courantes offertes dans les écoles de traduction ne sont pas toujours les plus recherchées sur le marché.

Pour maximiser la probabilité d’être recruté, deux facteurs doivent être pris en compte. Le premier : plus votre combinaison de langue est atypique (par exemple, vous maîtrisez merveilleusement le bulgare et le finnois), moins la compétition sera dure. Deuxièmement, pensez à la place que certains pays émergents pourraient acquérir sur la scène internationale (pourquoi ne pas apprendre l’une des langues BRICS ?). Choisir une combinaison linguistique qui favorise l’emploi est une question d’offre et de demande ; un secteur bouché aujourd’hui peut ouvrir tout à fait demain… Et vice versa !

Interprète ou traducteur ?

La distinction entre ces deux disciplines est souvent confondue avec le grand public. L’ interprétation n’est pas traduite. Malgré leurs nombreux points communs, l’interprétation et la traduction exigent des compétences individuelles. Le principal différence est le canal utilisé : l’interprétation se limite à la communication orale, tandis que la traduction est seulement écrite.

En outre, l’interprète n’a pas accès au matériel dont dispose le traducteur au moment de l’accomplissement de sa mission. En effet, il est obligé de suivre un rythme intense de quelque 150 mots par minute, tandis que le traducteur traduit en moyenne 2 000 mots par jour.

Note de Pierre : Je confirme que c’est la fausse croyance la plus courante en cette matière. Bien qu’il soit possible de pratiquer à la fois comme traducteur et interprète (je connais des gens dans ce cas), il s’agit de deux professions très distinctes.

Avantages de la traduction

La traduction permet de construire des ponts entre les cultures, les langues et les époques. En tant que maillon de la chaîne de communication interculturelle, elle nous permet d’élargir nos horizons. Après tout, en tant qu’écrivain et le réalisateur Pier Paolo Pasolini a déclaré : « La traduction, sous tous ses aspects, est l’opération la plus vitale pour l’homme. » Sans traduction, nous vivrions dans des pays, régions et provinces isolés, victimes de cette incapacité à profiter de la littérature et des connaissances de leurs voisins.

Les difficultés inhérentes à la

traduction Comme beaucoup d’autres professions, la profession de traducteur présente de nombreuses difficultés qui lui sont propres. Jour après jour, les traducteurs font face à toutes sortes d’obstacles auxquels ils sont confrontés afin de fournir des résultats de qualité adaptés à leur public cible tout en respectant les intentions de l’auteur. Ces pièges peuvent se manifester sous diverses formes : termes et concepts qui sont intraduisibles ou inexistants dans la langue cible, termes techniques qui nécessitent une recherche approfondie, jeu de mots, énigmes, notes d’humour ou même des idiomes qui nécessitent une incroyable gymnastique spirituelle pour espérer créer le même avec le public cible.

Qu’ ils soient sémantiques, syntaxiques, grammaticaux ou lexicaux, chacun d’eux est d’une importance primordiale lors de la traduction. Ils doivent être habilement contournés, en gardant toujours à l’esprit la dimension culturelle des textes en question.

Bilinguisme et traduction

Ce point mérite d’être examiné un instant. En effet, beaucoup de gens pensent qu’être bilingue est synonyme d’être traducteur. « Je parle deux langues, donc je peux être traducteur ! » Remetons l’horloge dans le temps : maîtriser deux langues ou plus et pouvoir passer de l’une à l’autre sont deux exercices distincts. Ici, il s’agit de transposer le contenu d’une culture à l’autre, d’un univers à l’autre. Cela suppose de dominer non seulement les langues de travail en question, mais aussi la dimension culturelle qui leur est associée. Il devrait également rappelez-vous que la profession de traducteur n’est pas improvisée. Les traducteurs sont formés, formés, et ils deviennent de plus en plus efficaces au fil du temps.

Spécialisations

Au fil des ans, ou parfois dès les premières étapes de la profession, les traducteurs empruntent une voie qui les amènera à se spécialiser dans un domaine spécifique. C’est ainsi que naissent les traducteurs littéraires, techniques, scientifiques, juridiques… et bien d’autres encore. Comme dans d’autres secteurs, il est essentiel de confier tout projet de traduction à un traducteur spécialisé dans le domaine . Vous n’utiliseriez pas les services d’un plombier pour changer une serrure, n’est-ce pas ? De même, tout contenu scientifique devrait être attribué à un professionnel de ce secteur, pour lequel les termes et concepts scientifiques n’ont aucun secret.

Note de Pierre : la spécialisation est un excellent moyen de sortir votre épingle du jeu, même dans un langage très courant paires. Quand on parle de traduction, on pense généralement aux romans, mais en réalité, les domaines d’expertise sont innombrables : droit, médecine, cinéma, ingénierie…

Si un terme scientifique est souvent sans ambiguïté et n’a qu’une seule traduction, il ne suffit pas de transposer des équivalences pour produire un travail harmonieux et cohérent. Il ne fait aucun doute que la traduction technique et la traduction littéraire sont deux disciplines distinctes. Là où le premier cherche à transmettre un message clair, précis et sans ambiguïté, le second tentera de rendre hommage aux beautés du langage, à la poésie des mots, aux subtilités des discours.

Nous n’y réfléchissons pas nécessairement, mais les documents représentent une partie importante des documents traduits. Traduction assistée par ordinateur

Les traducteurs ont à portée de main toutes sortes d’outils qui sont d’une grande aide dans leur travail. Ces experts linguistiques sont pas les dictionnaires de rue, et ils ouvrent souvent un livre de référence pour trouver une traduction appropriée. Cette profession pousse les traducteurs à apprendre tout au long de leur carrière, à avoir soif d’apprentissage. C’est pourquoi l’expérience occupe une place primordiale dans ce type de profession.

Ces outils comprennent des outils de traduction assistée par ordinateur (CAT) qui leur permettent d’harmoniser leurs traductions et d’améliorer la qualité de leur travail et leur productivité grâce aux mémoires de traduction qu’ils intègrent. Il s’agit de bases de données contenant des milliers de textes déjà traduits et leur équivalence dans la langue cible. Ils permettent également le développement de bases terminologiques , qui sont des feuilles lexicales par termes, glossaires, juxtaposition de segments de texte et autres.

Ces logiciels, il y en a pour tous les besoins et les bourses, certains sont même gratuits ! Il va sans dire que la fourniture et la qualité des services fluctue en fonction des coûts demandés. Cependant, pour le professionnel, ils sont une ressource qui n’a pas de prix, inévitable pour un travail de qualité.

Un rôle irremplaçable

Bien que les ordinateurs aient volé les étoiles aux humains dans de nombreux domaines, les traducteurs ne sont pas prêts à leur donner leur place. L’outil informatique facilite grandement la tâche de ce dernier, mais il n’est pas encore capable de rivaliser avec leurs compétences. Les moteurs de traduction automatique ne peuvent pas remplacer la partie créative et subtilité d’une traduction. Bien que des progrès aient été accomplis dans le domaine de la traduction artificielle, les traductions livrées sont dans la plupart des cas des transcriptions littérales et manquent de sens ou de logique.

La traduction est un exercice qui exige réflexion, doute, intuition, questionnement, création, subjectivité et beaucoup de patience. Cependant, un ordinateur ne l’a pas. Le seul rôle possible d’un l’outil d’aide à la traduction consiste à fournir une première ébauche, une pré-traduction qui doit être révisée, adaptée et modifiée par un traducteur professionnel.

Note de Pierre : si vous vous demandez pourquoi Google Translation fournit parfois des résultats à la limite burlesque, je vous invite à regarder la vidéo de Linguisticae sur ce thème.

Comment devenir traducteur ?

Il convient de souligner que la traduction et l’interprétation ne sont pas des professions protégées. Il n’est donc pas obligatoire d’obtenir un diplôme d’une école prestigieuse pour être embauché, bien qu’il soit fortement recommandé de suivre une formation solide. Ce sera votre porte d’entrée vers de nombreux établissements.

Une fois le diplôme en poche, un large éventail de possibilités s’ouvrira à vous : vous lancer en tant que pigiste, ajouter des langues à son crédit, postuler à des institutions majeures, etc. N’hésitez pas à rejoindre des organisations tels que la Société Française des Traducteurs (SFT) ou l’Association Internationale des Interprètes de Conférence (AIIC) pour bénéficier d’un accompagnement de pairs expérimentés et compétents, et de faire valoir vos droits en tant que professionnel.

La profession dans la vie quotidienne

Selon la légende, les traducteurs sont isolés dans leur bureau qui voient rarement le jour. Ce n’est pas le cas. En fait, il s’agit même d’une profession particulièrement diversifiée : vous aborderez une variété de sujets, rencontrerez des clients de tous horizons et aurez même la possibilité de voyager ! N’est-ce pas le rêve ?

Si vous vous connectez à votre compte, vous devrez apprendre les concepts comptables et développer un esprit d’entreprise. Diversifiez votre offre en proposant de multiples spécialisations, développez vos compétences en combinant traduction et interprétation et terminez les longues heures de solitude devant votre ordinateur écran.

Une profession inégalée

Les traducteurs, ces artisans de communication trop souvent cachés dans les coulisses, nous permettent jour après jour de partager toutes sortes d’informations à l’échelle internationale. Les écrits, les discours, les connaissances, la médecine et une foule d’autres types de contenu traversent les frontières pour atteindre l’autre bout du monde grâce à leur travail. Sans eux, nous resterions cloîtrés à l’intérieur de nos frontières linguistiques et le partage de l’information serait terriblement réduit. Terminons par une belle citation de George Steiner : « Sans traduction, nous vivrons dans les provinces voisines sans ilence ».

Tag : comment devenir interprète